Vaccin préventif vs vaccin curatif

Banniere


VACCIN PRÉVENTIF VS VACCIN CURATIF

Le 22 novembre 2013

Le vaccin préventif est administré à une personne saine de l’infection visée : en introduisant un constituant du virus ou du virus inactivé (sorte de leurre), le système immunitaire réagit en fabricant des anticorps. Si, des années plus tard, le virus pénètre dans l’organisme, ces anticorps le reconnaissent et le détruisent.

Un vaccin curatif – aussi appelé thérapeutique – est administré à une personne souffrant d’une infection virale chronique contre laquelle les anticorps produits naturellement sont inefficaces. Le vaccin curatif vise alors à augmenter l’activité des défenses naturelles.

Il n’existe encore aucun vaccin contre le VIH. La plupart des recherches en cours portent sur des formes thérapeutiques.

Plaidoyer

Banniere

ABC

PLAIDOYER
Le 26 Juillet 2013

À l’origine, le plaidoyer est un discours prononcé en cour de justice pour défendre le droit d’une partie.

Les organismes non gouvernementaux (ONG) ont développé des discours de plaidoyer pour défendre les droits de personnes qui n’arrivaient pas à se défendre face à de puissantes institutions (gouvernements, entreprises internationales, grands propriétaires, etc.), qui poursuivent leurs propres intérêts.

L’objectif du plaidoyer est le plus souvent la défense des droits et l’amélioration des conditions de vie et du bien-être des plus démunis, des personnes vivant dans la grande pauvreté, des minorités opprimées, des personnes atteintes de maladie, exclues et rejetées.

En utilisant la force du témoignage et du plaidoyer, les ONG cherchent à gagner « la bataille de l’opinion publique », la seule susceptible de faire changer les politiques des dirigeants les plus puissants et des grandes entreprises. Le plaidoyer favorise l’émergence de la conscience d’une citoyenneté mondiale.

Source : entre’AIDES – n°31

Primo-infection

Banniere

PRIMO-INFECTION
Le 18 février 2013

C’est la période suivant l’entrée du virus dans le corps. À ce stade, le virus se multiplie rapidement et les risques de transmission sont plus élevés. Cette première phase peut s’accompagner de symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe, comme la fièvre, des maux de gorge, des douleurs musculaires, la fatigue, un gonflement des ganglions lymphatiques, et d’éruptions cutanées. Ces symptômes, qui disparaissent après quelques semaines, ne se manifestent pas chez toutes les personnes infectées. La primo-infection passe parfois inaperçue. C’est durant cette période que le système immunitaire produit des anticorps pour se défendre contre le virus.

Source : L’essentiel du VIH/sida, Portail VIH/sida du Québec, Benoît Lemire

Observance

Banniere


OBSERVANCE

Le 31 juillet 2012

L’observance thérapeutique désigne les capacités d’une personne à prendre un traitement selon une prescription donnée. Ces capacités sont influencées positivement ou négativement par des facteurs de plusieurs natures et qui peuvent agir les uns sur les autres.

Parmi les causes de non observance les plus communes, on trouve l’oubli, le fait de ne pas être chez soi, un changement dans les routines quotidiennes, la difficulté à prendre ses traitement aux horaires prescrits, le désir d’éviter les effets secondaires, le fait de se sentir déprimé(e), la crainte d’être vu(e) en train de prendre le traitement, ou encore l’interruption d’approvisionnement d’antirétroviraux pour les séropositifs des pays pauvres et à revenu intermédiaire. Concernant les effets secondaires, les études démontrent bien leur impact négatif sur le degré d’observance.

L’accompagnement et le soutien des personnes pour améliorer leur observance thérapeutique est donc indispensable et s’inscrit dans une prise en charge globale prenant en compte leur vécu de la maladie et le sens qu’elles donnent aux traitements et à leurs effets indésirables.

Source : counselingvih.org

Infections opportunistes

Banniere

INFECTIONS OPPORTUNISTES
Le 9 octobre 2011

En l’absence de traitement efficace contre le VIH, le système immunitaire de la personne atteinte est affaibli et son organisme ne parvient plus à se défendre correctement. Et même des microbes qui ne posent habituellement aucun problème, car rapidement éliminés, vont devenir des intrus dangereux pouvant créer de vraies maladies. On parle alors d’infections opportunistes, puisqu’elles profitent de la faiblesse du système immunitaire. Ce sont les infections opportunistes et non le sida lui-même qui emportent le plus souvent les personnes non traitées par les antirétroviraux.

Thritérapie

Banniere

TRITHÉRAPIE
Le 16 juin 2011

Les thérapies antirétrovirales disponibles actuellement ne permettent pas de guérir l’infection par le VIH.

La trithérapie, composée de 3 médicaments, agissant par au moins 2 modes d’action différents contre le VIH, a pour objectifs de :
. supprimer la charge virale plasmatique, c’est-à-dire réduire la présence du virus dans le sang jusqu’à ce qu’il ne soit plus détectable, selon les tests disponibles
. maintenir la charge virale indétectable sur la plus longue période possible
. reconstruire le système immunitaire pour diminuer le risque d’infections
. prolonger la vie
. améliorer la qualité de vie
. prévenir la transmission du VIH

Source : L’essentiel du VIH/sida, Portail VIH/sida du Québec, 2011, Benoît Lemire

Endémique

Banniere

ENDÉMIQUE
Le 15 octobre 2010

Pour le dictionnaire Larousse, « endémique » se dit d’un phénomène économique ou social néfaste, qui sévit en permanence.

Dans la terminologie VIH, on parle de pays où le VIH est endémique. Le terme réfère à la présence à la fois importante et constante de la maladie au sein de la population dudit pays.

Dans la recherche sur le VIH/sida, le terme « endémique » peut désigner un pays où le VIH se transmet principalement par contacts hétérosexuels.