Banniere

Insécurité alimentaire et VIH/sida étroitement liés

INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET VIH/SIDA ÉTROITEMENT LIÉS
Le 18 février 2015

Une étude* menée au Québec sur un échantillon de 319 personnes vivant avec le VIH révèle que 58 % d’entre elles ont rapporté être en situation d’insécurité alimentaire. C’est sept fois plus élevé que le taux provincial.

En raison de difficultés financières ou d’ordre physique, ou encore de l’exclusion résultant d’expériences de stigmatisation, les ménages affectés par le VIH peuvent avoir de la difficulté à s’assurer une alimentation saine et diversifiée (accès à la nourriture, qualité et diversité des aliments, etc.).

La sécurité alimentaire elle-même affecte la santé physique et mentale et, par le fait même, a un impact négatif sur la qualité de vie. De plus, selon certaines données, en aggravant des situations de vulnérabilité et d’inégalité, elle participerait à augmenter les risques de transmission du VIH, à limiter l’accès au traitement et aux soins et serait associée à de mauvais résultats de santé pour les individus sous thérapie antirétrovirale.

Bien que les résultats néfastes de l’interconnexion entre insécurité alimentaire et VIH soient aisés à déceler, il reste difficile d’identifier si l’insécurité alimentaire est cause ou conséquence du VIH.

* « Impact de la sécurité alimentaire sur les résultats de santé des personnes vivant avec le VIH/sida, à l’échelle du Canada » Recherche communautaire réalisée en 2013 en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec

Source : jesuisseropo.org

 

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter