Dépistage

Banniere

– Le dépistage-

LE SAVIEZ-VOUS ?

  • 21 % des personnes infectées par le VIH au Canada ignoreraient leur séropositivité*
  • Plus de la moitié (59,4%) des personnes nouvellement diagnostiquées au Québec entre 2002 et 2010 n’avaient jamais passé de test de dépistage du VIH auparavant**
  • Près de 18% des nouveaux diagnostiqués en 2010 avaient atteint le stade du sida ou présentaient des infections symptomatiques chroniques au moment du dépistage**

L’ENJEU DU DÉPISTAGE EST DONC DOUBLE

  • Au niveau individuel : le dépistage précoce permet un suivi médical approprié réduisant les risques d’infection grave.
  • Au niveau collectif : il permet de réduire les risques de transmission. En effet, les personnes ayant connaissance de leur séropositivité protègent davantage leurs partenaires. De plus, les traitements contre le VIH/sida diminuent le risque de transmission

FACILITER L’ACCÈS AU DÉPISTAGE

Il est donc indispensable d’augmenter et de diversifier les possibilités de dépistage, ainsi que les actions de prévention ciblée auprès des populations les plus exposées au risque de transmission.

Dans quels contextes est-il recommandé de passer un test de dépistage du VIH ?

  • Relation sexuelle sans condom
  • Si vous n’êtes pas sûr(e) de vous être protégé(e) lors d’une relation sexuelle après avoir consommé de l’alcool ou des drogues
  • Test positif à d’autres ITS (infection transmissible sexuellement) ou si un(e) partenaire vous a avisé(e) qu’il était porteur d’une ITS
  • Partage d’aiguilles, seringues ou autre matériel pour l’injection de drogues, y compris de stéroïdes
  • Piqure avec une aiguille (tatouage, acupuncture…) non stérilisée
  • Avant de cesser d’utiliser le condom dans une nouvelle relation amoureuse
  • Grossesse ou souhait d’être enceinte (le test fait partie du bilan prénatal de suivi de grossesse)

Préserver sa santé et celle de ses partenaires
Le test de dépistage des anticorps du VIH est disponible au Québec dans les cliniques spécialisées en ITS, les CSSS et dans certains hôpitaux et organismes de prévention du VIH, parmi lesquels quelques-uns sont membres de la Fqsida.

SOURCES :
Estimations de l’incidence, de la prévalence, et de la proportion non diagnostiquée au VIH au Canada, 2014
**Portrait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec – Année 2010 (et projections 2011) par le Ministère de la santé et des services sociaux

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter