Banniere

Organismes de la Fqsida mis en péril par les coupes du fédéral

SEPT DES DIX-SEPT ORGANISMES DE LA FQSIDA MIS EN PÉRIL PAR LES COUPES DU FINANCEMENT FÉDÉRAL
Le 30 novembre 2016

Le gouvernement canadien souffle le chaud et le froid sur le financement de la lutte contre le VIH/sida.

Justin Trudeau a assurément soufflé le chaud en annonçant en mai dernier, et en le confirmant en septembre, l’augmentation de 20 % de la contribution du Canada au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Mais l’enthousiasme du milieu communautaire VIH/sida canadien n’a pas fait long feu! Depuis le 29 septembre, soit deux semaines à peine après la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds à Montréal, l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) fait souffler un froid glacial sur les organismes de lutte contre le VIH/sida, l’Hépatite C et les autres infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS). En vertu de nouvelles règles de financement, certains organismes ont en effet vu leur financement purement et simplement supprimé. D’autres, plus nombreux encore, ont subi des coupes représentant jusqu’à 70 % de leur budget.

Les organismes québécois, parmi lesquels 7 membres de la Fqisda, sont frappés de plein fouet par ces mesures qui mettent en péril l’existence même de bon nombre d’entre eux. Aujourd’hui, ceux-ci dénoncent un processus de consultation et d’attribution des fonds à deux étapes, opaque dès son introduction, et qui ne concorde pas avec les réalités du terrain. Ils exhortent à présent l’ASPC et Ottawa à suspendre le processus actuel et à maintenir, avant le 31 mars 2017 et pour une année, un statu quo basé sur les financements antérieurs afin de revoir en profondeur le mode de collaboration/financement avec les communautés.

Share on FacebookEmail this to someoneTweet about this on Twitter