Décès d’Evelyn Farha

Banniere

Décès d’Evelyn Farha
7 mars 2018

À 92 ans, la présidente d’honneur de la Fondation Farha est décédée le 18 janvier 2018 après 25 ans de lutte contre le VIH/sida. Elle avait tenu à poursuivre l’oeuvre de son fils Ron Farha décédé du VIH/sida en 1993. Très active au sein de la fondation, elle a réussi à amasser à travers les marches qu’elle organisait près de 10 millions de dollars redistribués à quelque 75 organismes de lutte contre le VIH/sida.

Connue pour son engagement et son dévouement envers la cause du sida, Madame Evelyn Farha a reçu plusieurs distinctions au fil de sa vie.
Elle recevra à titre posthume le Phénicia Société 2018. Cette reconnaissance de la communauté LGBT sera remise à ses filles, Nancy, Carolyn et Linda, le 31 mai prochain lors de la 14e édition qui se déroulera à la salle du Parquet de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il s’agit ainsi de rendre hommage à une femme extraordinaire qui aura su, avec courage et humanité, combattre les stigmas et les préjugés vécus par les personnes vivant avec le VIH/sida et ce, pendant plus de deux décennies.

La Fondation québécoise du sida est très affectée par son décès qui constitue une immense perte pour le milieu du VIH/sida. Déterminée, la Fqsida compte poursuivre la lutte contre la stigmatisation mais surtout soutenir les organismes qui oeuvrent auprès des personnes vivant avec le VIH/sida.

Reposez en paix Evelyn Farha et sachez que votre œuvre sera perpétuée. Le combat continue!

Décès de Madame Evelyn Farha

Banniere

Décès de Madame Evelyn Farha
19 janvier 2018
Evelyn FarhaC’est avec une profonde tristesse que nous annonçons le décès d’Evelyn Farha (née Malacket) le jeudi 18 janvier 2018. Mère dévouée de Nancy (Ali), Carolyn, Linda (Mike), grand-mère/tete de Jasmine (Marc), Adam, Alexandra et Matthew, épouse de feu Joseph Farha et mère de son défunt fils Ronald Farha.

Durant 25 ans, Evelyn Farha a été présidente d’honneur de la Fondation Farha. Elle a travaillé sans relâche afin de poursuivre la mission de Ron Farha, son défunt fils et fondateur de la fondation, en aidant les Québécois atteints du VIH/SIDA à obtenir du soutien et des soins. Son objectif était d’éviter que d’autres familles soient affligées par la même perte qu’elle avait subie, en éduquant la communauté pour qu’on parvienne à une meilleure prévention de la maladie.

Evelyn a reçu de nombreuses récompenses pour ses efforts inspirants. En 2013, elle a reçu la médaille de l’Assemblée nationale. En 2002, le Gouverneur général lui a remis la médaille du jubilé d’or. Au cours de la même année, la Chambre de commerce et d’industrie Canada-Liban lui a également remis le prix Cèdre et érable dans la catégorie Personnalité de l’année. En 2000, le bureau du Gouverneur général a récompensé Evelyn en lui remettant le prix canadien pour l’entraide.

Active dans la communauté montréalaise, Evelyn a aidé les membres du conseil d’administration de l’église locale en menant de nombreuses activités de collecte de fonds, ainsi que par l’enseignement des études religieuses. Elle était également bénévole au département d’oncologie de l’hôpital Royal Victoria, où elle accompagnait les patients en leur offrant des soins personnels et du soutien.

La famille recevra les amis chez Urgel Bourgie, au 1255, avenue Beaumont, Montréal (Québec) H3P 0A1, le dimanche 21 janvier 2018, de 14 h à 17 h et de 19 h à 21 h.

Un service funèbre aura lieu le lundi 22 janvier 2018, à 11 h. Il sera précédé d’une cérémonie qui se tiendra à 10 h, à l’église orthodoxe antiochoise St. George, au 555, rue Jean-Talon Est, Montréal (Québec) H2R 1T8.

Plutôt que d’offrir des fleurs, nous vous invitons à effectuer un don en mémoire d’Evelyn à la Fondation québécoise du sida (FQS), au 1, rue Sherbrooke Est, Montréal (Québec) H2X 3V8. Les messages de condoléances, les photographies et les souvenirs peuvent être acheminés par l’entremise du www.urgelbourgie.com.

Mark Wainberg – Disparition d’un très grand nom de la lutte contre le VIH

Banniere

Mark Wainberg
Disparition d’un très grand nom de la lutte contre le VIH
18 mai 2017

Mark WainbergScientifique de renommée mondiale, le Montréalais Mark Wainberg est décédé en avril dernier, à l’âge de 71 ans.

Dès le début des années 1980, il s’engagea activement dans la lutte contre le VIH/sida et en fit son combat. Il y consacra non seulement sa carrière scientifique et médicale, mais devint aussi l’un des pionniers de la défense des droits des personnes séropositives et des communautés les plus touchées, à une époque où le sujet était tabou et impopulaire.

Le Dr Wainberg est notamment connu pour avoir découvert le médicament antiviral 3TC, en 1989. Il s’agit de l’une des toutes premières molécules efficaces contre le VIH. Le 3TC contribua à changer le cours de la maladie et il est encore largement utilisé dans les trithérapies, grâce auxquelles l’infection est devenue une maladie chronique.

Mark Wainberg est également célèbre pour ses multiples contributions dans le domaine de la résistance du virus aux médicaments. Avec son équipe, il travaillait à mieux comprendre ses mécanismes, ainsi que les mutations génétiques du virus, et à découvrir les moyens de les contrer.

Proche du milieu québécois de lutte contre le VIH/sida et de la Fondation Farha, notamment, il déclarait en 2000 dans une entrevue au McGill Reporter : « Il nous incombe à tous d’être des activistes du sida. » Ardent militant pour l’accès pour tous aux médicaments, il est l’un de ceux qui ont permis aux populations marginalisées et aux pays pauvres, ceux d’Afrique notamment, de bénéficier des retombées de la recherche sur les traitements du VIH/sida.

Source : Radio-Canada
Yanick Villedieu – 4 avril 2017