Une nouvelle directrice pour la Fqsida

Banniere

UNE NOUVELLE DIRECTRICE POUR LA FQSIDA
Le 15 février 2017

Nous sommes heureux de vous annoncer l’arrivée de Baya Touré à la direction générale de la Fqsida. Baya connaît bien les différents enjeux reliés au financement de la lutte contre le VIH et contribuera à donner un nouvel élan à la Fondation, dans un contexte de plus en plus difficile pour les organismes membres, notamment avec les coupes budgétaires de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC).

Populations clés

Banniere

POPULATIONS CLÉS
Le 15 février 2017

Dans la dynamique actuelle de l’épidémie de VIH/sida au niveau mondial, les communautés les plus exposées au virus sont les travailleuses et travailleurs du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes et les utilisateurs de drogues injectables. En raison des discriminations, voire de la criminalisation qu’elles subissent, ces personnes sont en effet 10 à 24 fois plus susceptibles d’être infectées par le VIH que la population générale. En cause, un accès limité à la prévention et aux soins, lorsque leurs pratiques sexuelles ou d’usage de drogue sont condamnées par la société, voire par l’État. Selon les termes de référence des Nations Unies, ce sont des populations dites « clés » dans l’épidémie.

Source : Pulsation – Juin 2016 – Coalition PLUS

REVS+ Burkina Faso – Le défi de la prise en charge des communautés vulnérables

Banniere

REVS+ BURKINA FASO – LE DÉFI DE LA PRISE EN CHARGE DES COMMUNAUTÉS VULNÉRABLES
Le 15 février 2017

En décembre dernier, REVS+ – membre burkinabé de Coalition PLUS – organisait à Ouagadougou un grand atelier impliquant de nombreuses organisations non gouvernementales de lutte contre le VIH/sida ou actives dans le domaine des droits de la personne, ainsi que divers décideurs et leaders d’opinion du pays. Objectif : aborder les défis liés à la prise en charge des groupes les plus vulnérables à l’épidémie au Burkina Faso et faire en sorte que ces populations soient à la fois moins stigmatisées et mieux considérées dans leurs droits fondamentaux ou besoins de santé.

Martine Somda – Présidente de REVS+ et Administratrice de Coalition PLUS
Crédit : © Coalition PLUS

Pour Martine Somda, Présidente de REVS+ et Administratrice de Coalition PLUS, cet atelier a constitué « une victoire, dans la mesure où il a convaincu les décideurs et 15leaders d’opinion présents d’affronter avec sérénité, détermination et pragmatisme les questions d’accès aux services de prévention, de soins et de traitements du VIH pour tous les citoyens, sans distinction de sexe, de religion ou encore d’orientation sexuelle et d’identité de genre ».

Des acquis sont certes à relever au Burkina Faso en matière de lutte contre le sida, avec une prévalence de VIH passée de plus de 7 % en 1997 à 0,8 % aujourd’hui en population générale, selon l’ONUSIDA. Mais d’importants défis demeurent en matière de prise en charge des quelque 95 000 personnes séropositives que compte le pays, en particulier au sein des communautés les plus précarisées socialement ou économiquement.

Pour parvenir à maintenir les acquis de la lutte menée depuis de nombreuses années contre ce fléau, la mise en œuvre d’actions de proximité en direction des personnes incarcérées, des enfants, des handicapés, des travailleuses du sexe, et bien entendu des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes ou encore des utilisateurs de drogues injectables, doit donc être un impératif de tous les instants. Malheureusement, l’environnement social au Burkina Faso demeure encore hostile ou indifférent à ces communautés.

Le blogue « Je suis séropo »

Banniere

LE BLOGUE « JE SUIS SÉROPO »
Le 15 février 2017

Voici un espace de parole et de réflexion sur la réalité des personnes vivant avec le VIH.

Ce blogue a pour vocation de contribuer à faire diminuer la stigmatisation et la discrimination à leur endroit, par une approche personnelle au travers de laquelle les auteurs promeuvent les valeurs de respect mutuel et de solidarité et valorisent les attitudes positives à l’égard des personnes séropositives.

Jacques, porte-parole de la campagne « Je suis séropo », y a publié il y a peu un billet très juste sur la question du dépistage, à la fois si intime et pourtant aux retombées collectives.

Extrait – « Il fut d’abord un temps où savoir ou ne pas savoir avait bien peu d’importance, car le seul message que les personnes atteintes du sida se faisaient dire était : nous ne pouvons rien pour vous, vous allez mourir.

Il fut ensuite un temps où savoir aurait fait une différence, mais on ne savait pas. On ne connaissait pas cette différence, donc on a développé des approches qui identifiaient le moment où il était préférable de commencer les traitements pour nous aider à vivre plus longtemps.

Nous en sommes maintenant au temps où il est clairement établi que plus tôt nous nous savons infectés, le plus rapidement il est possible de commencer un traitement qui entraînera de nombreux bénéfices pour la suite de notre vie. »

Découvrez l’intégralité du billet sur jesuisseropo.org

Questionnaires préembauche : une pratique illégale, mais courante!

Banniere

QUESTIONNAIRES PRÉEMBAUCHE :
UNE PRATIQUE ILLÉGALE, MAIS COURANTE!

Le 15 février 2017

Aujourd’hui, encore, vous pourriez vous voir refuser un emploi après avoir déclaré, dans un questionnaire préembauche, vivre avec le VIH ou une autre maladie chronique, alors que vous ne représentez aucun risque pour votre entourage.

La campagne web « pratiqueillegale.com » de la Fqsida, réclamant la suppression dans les établissements du réseau de la santé de ces formulaires discriminatoires, a pris fin le 31 janvier. Les signatures ont été remises à la COCQ-SIDA afin d’appuyer ses actions pour que soit stoppée la discrimination à l’embauche et que soit respectée la loi.

Les démarches semblent enfin porter leurs fruits : le Tribunal des droits de la personne vient d’épingler le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides en raison d’un questionnaire d’embauche discriminatoire!

Fonds mondial et Africagay, partenaires dans la défense des droits LGBT

Banniere

LE FONDS MONDIAL ET AFRICAGAY CONTRE LE SIDA, PARTENAIRES DANS LA DÉFENSE DES DROITS LGBT*
Le 30 novembre 2016

Africagay2Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme fournit notamment un indispensable soutien aux associations de lutte contre le sida œuvrant à la défense des droits fondamentaux des personnes LGBT en Afrique. Parmi elles, les 19 organisations du réseau Africagay contre le sida. Membres de Coalition PLUS, les associations communautaires ANSS (Burundi), ARCAD-SIDA (Mali) et REVS+ (Burkina Faso) font partie de ce réseau unique en son genre, soutenu techniquement et financièrement par les associations françaises AIDES (membre-cofondateur de Coalition PLUS) et Sidaction.

La deuxième « Journée du réseau Africagay contre le sida » s’est tenue en octobre dernier à Abidjan (Côte d’Ivoire). Objectif : lutter pour un accès équitable aux soins en Afrique indépendamment de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre.

« Les homosexuels ont peur de sortir de chez eux parce qu’il y a de la discrimination dans les structures sanitaires. Des médecins disent : “Je ne touche pas à un homosexuel, ma religion me l’interdit!” Les homosexuels séropositifs préfèrent mourir chez eux que d’aller dans ces services-là! » Yves – Militant LGBT – Cameroun

Plus de 97 % des nouvelles infections par le VIH ont lieu dans des pays en voie de développement. Et seulement 18 % des États du monde mènent des programmes de prévention du VIH auprès des hommes homosexuels et bisexuels, alors que ces derniers sont 5 à 25 fois plus touchés par le virus que la population générale. Au total, 39 des 54 pays qui composent le continent africain pénalisent encore l’homosexualité, condamnant les homosexuels à rester cachés, éloignés des systèmes de soins et sans traitements ni outils de prévention.

* Lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres
Illustration : @ AIDES — Africagay contre le sida

VIH info droits, pour toute question juridique concernant le statut sérologique

Banniere

VIH INFO DROITS, POUR TOUTE QUESTIONS JURIDIQUE CONCERNANT LE STATUT SÉROLOGIQUE AU VIH
Le 30 novembre 2016

VIH info droits de la COCQ-SIDA* est un service de défense des droits des personnes vivant avec le VIH, d’information et d’accompagnement juridique, dédié exclusivement aux questions en lien avec le statut sérologique d’une personne. Il offre plusieurs outils pour aider à faire des choix éclairés. Il s’adresse aussi bien aux personnes séropositives qu’à toute personne impliquée dans une situation où les droits de celles-ci sont concernés (intervenants, réseau de la santé, employeurs, etc.)

Pour contacter VIH info droits : Geneviève Binette – 514 844 2477 poste 34 ou 1 866 535 0481 poste 34 (sans frais) – vih-infodroits@cocqsida.com

* Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida

 

REFUSONS LA DISCRIMINATION, SIGNEZ LA PÉTITION

Banniere

REFUSONS LA DISCRIMINATION : SIGNEZ LA PÉTITION
Le 17 mai 2016

Le recours dans les processus de recrutement à des questionnaires de santé préembauche est clairement condamné par la loi. Cette pratique discriminatoire et illégale est pourtant commune, notamment dans les établissements de santé du Québec. Elle doit cesser, sans délai. Signez la pétition à www.pratiqueillegale.com.Le Dr Barette tolère une pratique illégale

Le ministre doit agir
Afin que soit mis un terme définitif à ces procédures illégales, la Fqsida lance une vaste campagne de mobilisation sur le web. Guettez notre Facebook et notre Twitter : nous appelons tous les Québécois à signer une pétition réclamant à Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux, la suppression de ce type de formulaire dans les processus de recrutement au sein du réseau de la santé.

Faire simplement appliquer la loi
Nous lui demandons de prendre immédiatement toutes les dispositions nécessaires afin d’assurer que tous les établissements du réseau, dont le ministère de la Santé et des Services sociaux lui-même, révisent leurs processus d’embauche et les rendent conformes à la loi.

Ces questionnaires de santé sont en effet illégaux, car ils discriminent les personnes du fait de leur état de santé en leur faisant obstacle dans l’accès et le maintien au travail. Celles et ceux qui déclarent être atteints d’une maladie chronique ou d’une infection comme le VIH/sida se voient alors trop souvent refuser à l’emploi.

Signer pour la justice
Nous voulons donner le maximum de visibilité à cet enjeu d’importance pour l’ensemble de la société québécoise : rejoignez-nous et partagez sur Facebook et Twitter notre appel à signer la pétition!

Campagne VIH : Aujourd’hui, j’pense positif

Banniere

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION : « AUJOURD’HUI, J’PENSE POSITIF » 
Le 26 novembre 2015

MaternitéÀ l’occasion de la Journée mondiale contre le sida, la COCQ-SIDA et ses organismes lancent un appel à la positivité afin de mettre fin à la discrimination à l’égard des personnes vivant avec le VIH.

Même si les avancées scientifiques et thérapeutiques permettent que soient grandement réduits le caractère infectieux et les risques de transmission du VIH, la stigmatisation et les discriminations à l’égard des personnes séropositives perdurent.

TravailTravail, relations de voisinage,  traitements alternatifs, amitié, romance, sport, maternité : ce sont les 7 thèmes de cette campagne de sensibilisation qui met avant tout l’accent sur le « positif », afin de démonter les mythes, encore bien ancrés, entourant le VIH.

Visitez pensepositif.org

Le Groupe d’entraide à l’intention des personnes séropositives, itinérantes et toxicomanes

Banniere

LE GROUPE D’ENTRAIDE À L’INTENTION DES PERSONNES
SÉROPOSITIVES, ITINÉRANTES ET TOXICOMANES
Le 13 mai 2015

geipsiDepuis 1992, l’organisme montréalais GEIPSI œuvre auprès d’une clientèle fortement marginalisée vivant avec le VIH/sida ou l’hépatite C et qui présente un profil en itinérance, en toxicomanie et, parfois, en santé mentale.

GEIPSI est un groupe d’entraide, de soutien et de références. Notre philosophie d’intervention s’appuie sur la relation de confiance et la conviction du potentiel de chacun à agir sur sa réalité quotidienne. L’empathie et le respect guident nos actions et nous travaillons à plusieurs niveaux avec les participants afin de les amener à prendre conscience de leur pouvoir d’agir.

GEIPSI privilégie une démarche globale et progressive qui respecte le cheminement individuel afin de favoriser :
— la prise en charge par les participants de leur santé
— des habitudes d’utilisation sécuritaire de drogues
— des pratiques sexuelles sécuritaires
— la réinsertion sociale
— l’empowerment

GEIPSI a également pour mandat de défendre et promouvoir les intérêts et les droits de ces personnes confrontées à de multiples enjeux ayant pour effet de les exclure socialement.

Un centre de jour chaleureux pour prendre un « break de la rue »; des services psychosociaux pour un suivi personnalisé; des ateliers 5 à 7 pour s’informer et développer des habitudes sécuritaires et des habiletés au quotidien; des activités et des dîners communautaires pour rompre l’isolement; le journal « Les sans-mots » pour participer à un projet commun… Le travail de notre petite équipe permet ainsi de soutenir nos participants afin de minimiser les impacts négatifs des problématiques vécues et, parfois, de les aider à trouver un nouvel élan dans leur vie.

Yvon Couillard, Directeur